Ma maison

Je veux ma maison bien ouverte,
Bonne pour tous les miséreux.

Je l’ouvrirai à tout venant
Comme quelqu’un se souvenant
D’avoir longtemps pâti dehors,
Assailli de toutes les morts
Refusé de toutes les portes
Mordu de froid, rongé d’espoir

Anéanti d’ennui vivace
Exaspéré d’espoir tenace

Toujours en quête de pardon
Toujours en chasse de péché.

Référence:

GARNEAU, Hector de Saint-Denys, Poésies. Regards et jeux dans l’espace. Les Solitudes, Montréal, Fides, 1972, p. 103.