Je regarde en ce moment

Je regarde en ce moment sur la mer et je vois
           un tournoiement d’oiseaux
Alentour de je ne sais quel souvenir des mâts
           d’un bateau péri
Qui furent sur la mer jadis leur port d’attache

Et c’est à ce moment aussi que j’ai vu fuir
Un bateau fantôme à deux mats déserts
Que les oiseaux n’ont pas vu, n’ont pas reconnu
Alors il reste dans le ciel sur la mer
Un tournoiement d’oiseaux sans port d’attache.

Référence:

GARNEAU, Hector de Saint-Denys, Poésies. Regards et jeux dans l’espace. Les Solitudes, Montréal, Fides, 1972, p. 170.