Pour les yeux, l’image

En 1938, dans le huitième cahier de son Journal, de Saint-Denys Garneau dresse la liste des articles écrits au sujet de ses Regards et jeux dans l’espace, et retranscrit un texte de Jean-Charles Doyon (1905-1966), poète et critique d’art, qui deviendra un vigoureux défenseur des peintres automatistes.

 

Devant ce spectacle,
la révolution autour de l’obstacle ;
il n’y a plus qu’à regarder ces poèmes ainsi présentés
en équilibre sur la vie.

Car il y a cette exaltation du titre
à toutes les pages.
Et de regarder, de faire voir
sous l’angle particulier
que le poète a choisi,
le voilà le sang de la poésie.

Ce sont les 1 muscles articulés,
le souffle de la santé,
la clef de l’idée entre les mains du lecteur.
« Et qu’il agence à sa fantaisie le poème recréé sous mille formes. »

Rejeté le lest de la rime ;
À cette altitude il faut être dépouillé et lisse
pour l’occurrence du saut en parachute.

D’avoir su se placer dans cette atmosphère
et d’en tirer une jouissance intellectuelle
qu’il nous communique :
de placer au niveau de sa visualité
l’invitation de la nature
dégagent l’auteur de l’ambiance de la table
et du conformisme à la froide figure.

Dans ce colligé 2 où l’affectation
ne peut trouver place
que ce don du paroxysme
ouvre la voie
à de plus profonds et mieux situés
aperçus.
Cartes sur table vs signes dans le ciel
en vue de la réussite.

Après l’aube, l’heure s’inscrit à nouveau
au cadran de la journée.
Ainsi, après cette offrande, cette première trouée, l’entaillage ;
à l’appréciation de la vie
les sources abandonnées.

Or de l’expérience du surgeon naît le fruit.
Et, le souhait formulé,
Nous restons dans l’expectative !
Que l’embryon s’adapte
à l’accomplissement de la grâce,
en vue de l’envergure
d’œuvres nouvelles.

Notes:

  1. Le texte du Journal reproduit fautivement «des».
  2. De Saint-Denys Garneau indique en bas de page que le mot est rayé dans le manuscrit.